Le Genepi, c’est fini : l’association anticarcérale se dissout

eLLuLa

LuLa sur Rockie
4 Avril 2013
384
2 671
3 004
Franchement j'ai pas tout compris. Je vois pas le rapport entre le féminisme anticarcéral et l'éducation des personnes incarcérées. Déjà rien que le féminisme anticarcéral? Je comprends pas, le féminisme oui, être contre la prison oui, mais comment on articule les deux? Ou est-ce que l'idée c'est de parler de la masculinité toxique qui conduit en prison? Dans ce cas d'accord mais alors pourquoi ne pas créer leur propre association sur ce sujet? Ça fait un peu noyautage de l'association. Je peux totalement comprendre le ras le bol d'avoir l'impression que l’État se soustrait à ses obligations en se reposant sur l'activité d'un association et dans ce cas là on peut rediriger la lutte vers une forme de lobbying pour pousser l’État à agir de manière plus conséquente. Mais perdre toute cette expérience, sur plus de 40 ans, sur l'éducation en prison, je trouve ça dommage. Et que deviennent les personnes incarcérées? Plus personne ne se bat pour qu'elles bénéficient d'un droit à la réinsertion par l'éducation?
 
22 Juillet 2015
26
157
1 609
31
C'est tendu.. j'allais dire la même que @eLLuLa : comment l'asso s'est progressivement orientée sur l'antisexisme? et sur sa dissolution, cela me semble être un mauvais signal pour l'état des politiques carcérales en général (comme si elles se déterioraient au point que même les assos bénévoles baissent les bras). quelqu'un.e du Genepi a-t-il.elle vécu ça de l'intérieur?
 
  • Big up !
Reactions : Tamiat and Rocksteady
11 Janvier 2015
14
156
1 579
Pour compléter l'article partagé par PatateMiaou, et si des personnes sont intéressées, dans le monde académique, quand on parle de féminisme anticarcéral, la référence ultime c'est le livre d'Angela Davis 'Are Prisons Obsolete' (ici en pdf: https://www.feministes-radicales.or...2010/11/Angela-Davis-Are_Prisons_Obsolete.pdf). Il y a énormément d'enjeux féministes associés au mouvement abolitionniste. Au niveau individuel, ça peut être par rapport aux problématiques spécifiques que peuvent rencontrer les femmes et les personnes trans, queer et non-binaires dans les prisons (et leur sur-représentation). Au niveau systémique, on peut reprocher à l'Etat d'investir dans un système carcéral profondément violent, misogyne, classiste et raciste au détriment d'autres domaines comme l'éducation, l'environnement ou la santé. Plus largement, c'est un mouvement qui se positionne en opposition aux revendications d'un feminisme dit 'carcéral', souvent aveugle aux questions raciales et de lutte des classes, soutenant que la criminalisation et l'emprisonnement sont des solutions, notamment aux problèmes de violences sexuelles et domestiques. Aujourd'hui, en tout cas dans le monde anglo-saxon, on parle aussi beaucoup d' 'Abolition Feminism'. Je mets juste le lien wikipedia sur l'abolition des prisons parce que je n'ai pas plus de ressources francophones que ça sous la main, mais peut-être que d'autres madz pourront compléter! https://fr.wikipedia.org/wiki/Abolition_de_la_prison
 
23 Décembre 2012
4 674
48 794
4 044
20anspasses.wordpress.com
Franchement je trouve ce communiqué lamentable et je pèse mes mots.

J'ai été bénévole brièvement au Genepi il y a bien longtemps, et mon expérience en prison est restée très limitée car la prison dans laquelle j'intervenais était vraiment pas très coopérative, donc on a mis 9 mois à obtenir l'autorisation d'intervenir... Du coup, j'ai dû y aller max 2 ou 3 fois, et mon expérience du Genepi, c'était surtout la vie associative. Et ça, je peux témoigner que c'était vraiment extrêmement important.
Je suis de tendance anti-carcérale et c'est en grande partie grâce au passage par le Genepi, parce qu'une grosse partie de la vie associative consistait à participer à des formations avec des acteurs de la prison, juges, avocats, policiers, anciens prisonniers, etc., à débattre entre nous, recevoir des ressources sociologiques, politiques, juridiques, etc. sur la prison. Bien sûr, si j'avais rejoint le Genepi, c'est que j'étais déjà sensible à la question des prisons mais l'association m'a surtout donné l'opportunité de mieux saisir ce qu'est la prison.
En quoi c'est important? C'est important parce que l'Etat fait tout pour cacher ce qu'il se passe dans les prisons, nous faire oublier les prisonniers et ne les considérer que comme des nuisibles. C'est une question majeure de droits humains et parce que comme disait Robert Badinter, la prison est représentative de l'état de notre société, parce qu'aucune société n'accepte que ses prisonniers soient mieux traités que les autres citoyens, donc c'est très révélateur sur jusqu'où on est prêt à aller dans le traitement d'un être humain sur notre sol. Or, on fait tout pour ne pas nous faire réfléchir aux prisons, pour qu'on ait un avis hyper simpliste et schématisé sur un endroit qui nous parait mystérieux et fantasmé quand on a la chance de ne pas avoir de proche qui y soit enfermé. Le Genepi, c'était pour moi surtout un moyen d'arracher une partie du rideau pour pousser les jeunes citoyens à se demander si tout ce qu'on leur vend sur la prison est vrai et pour pousser à s'intéresser au traitement des prisonniers, à demander une réforme voire une alternative à la prison.
Quand je suis passée au Genepi, je n'ai jamais eu l'impression que les militants se donnaient bonne conscience ou pensaient qu'ils allaient changer l'univers. L'idée, c'était avant tout d'essayer de s'informer sur la prison, et notamment en allant échanger avec les premiers intéressés tout en permettant à ces derniers d'avoir un lien avec l'extérieur et notamment avec un profil d'intervenant différent des intervenants habituels, car souvent plus proches de leur âge (beaucoup de détenus sont très jeunes) et ayant un regard tout neuf sur la prison. Et oui, il y avait une partie de jeunes privilégiés qui allaient faire un tour en prison, parce que justement une des idées, c'était que c'était très compliqué pour les prisonniers de se faire entendre alors que les étudiants auraient potentiellement accès à une position sociale où ils seraient entendus, c'était une façon de servir de relai. Pour ceux qui connaissent Nanterre, c'est d'ailleurs assez frappant cette division étudiants/détenus. La prison est juste à côté de la fac de droit, et les deux populations n'interagissaient pour la plupart que par l'intermédiaire du Genepi.
Pour avoir bossé dans le domaine des droits humains dans différents pays, le Genepi avait quelque chose d'unique dans son rôle d'association étudiante et d'association de sensibilisation/plaidoyer. La prison est souvent un sujet vu comme trop peu glamour pour intéresser les jeunes, alors ceux qui s'intéressent à la prison sans avoir de proche détenu sont généralement des assos religieuses ou des militants expérimentés qui sont arrivés à s'intéresser à la prison après avoir milité longuement sur un sujet connexe (droit des migrants, droits humains, etc.). Ouvrir la réflexion sur le sujet auprès de jeunes sans attendre qu'ils aient des années d'investissement militants, c'est à mon sens indispensable et assez unique, et c'était aussi intéressant pour les détenus d'avoir des jeunes qui ne soient pas des professionnels et qui n'aient aucune opinion particulière sur eux qui viennent de temps en temps proposer des échanges, ça changeait les perspectives.

Bref, je trouve que le radicalisme est essentiel dans les luttes et la réflexion militante, parce que même quand on est en désaccord profond ou qu'il nous met mal à l'aise, il secoue nos préconptions et notre vision des choses. Un radicalisme comme celui qui transparait du communiqué, on en a besoin.
Là où je trouve que ce radicalisme est problématique, c'est quand il se croit supérieur aux autres positions au point d'aller investir une association construite par des milliers de gens sur plusieurs générations puis la détruire en une poignée d'années parce qu'il n'est pas d'accord avec son principe. Je ne vais pas devenir membre du Parti socialiste pour le dissoudre, ça n'aurait aucun sens. Si jamais il me vient l'idée de devenir membre d'un Parti qui me parait en conflit avec mes convictions, j'essayerai éventuellement de le faire changer de ligne directrice ou de le quitter, mais certainement pas de le dissoudre, je ne comprends vraiment pas le principe.
Et même si je trouverais ça discutable, il y aurait certains cas de figure où je trouverais compréhensible de procéder ainsi. Par exemple, si un groupe de femmes noires radicales prenaient le contrôle d'une association anti-raciste qu'elles jugent trop "bourgeois blanc". Mais là franchement, ce sont des détenues qui ont pris cette décision? Non. C'est une décision qui a été prise parce que des détenus le souhaitaient? Non. Ce sont juste des "meufs" comme elles disent qui ont estimé que leur position politique était supérieure à celle des toutes les autres personnes qui depuis plus de 40 ans ont contribué à l'association. Ce communiqué aurait été absolument valable et pertinent s'il avait été un communiqué de DEMISSION des membres, mais comme communiqué de dissolution, je le trouve vraiment choquant.
Pour moi aussi, ce communiqué reflète de nombreux aspects problématiques de certains types de militantismes radicaux - et il suffit de voir les tweets agressifs et insultants que le compte du Genepi a liké depuis la publication du communiqué pour se donner une idée de l'esprit réel du communiqué. Ce sont les problématiques de la "pureté militante" où toute action qui ne soit pas 100% conforme au dogme et à l'idéologie à laquelle on adhère est forcément à détruire. C'est facile d'avoir les mains propres et la conscience claire quand on arrête tout dès qu'il y a un compromis à faire. Philosophiquement, je comprends l'idée, mais je trouve ça hyper facile de faire la révolution en provoquant la dissolution d'une association militante qui était sur le principe du côté de notre cause. C'est carrément plus facile que de vraiment dissoudre la prison en tout cas :rolleyes: Certains essayent d'avancer en faisant des compromis et si on est pas d'accord avec ça, je ne vois pas pourquoi on va mettre des bâtons dans les roues à leur action plutôt que de simplement s'en dissocier. C'est bien présomptueux pour une petit groupe d'étudiantes de croire que leur solution va tellement être plus impactante qu'on peut dès maintenant empêcher les autres d'agir à leur manière. Et puis il y a aussi cette notion que si on n'est pas d'accord avec la position radicale, c'est qu'on fait partie du système et notre avis n'a donc aucune importance : c'est très problématique d'un point de vue idéologique je trouve de se moquer des critiques de cette manière, avec des termes et des concepts tout faits, ça empêche de pouvoir corriger le tir si éventuellement on s'est trompés parce qu'on s'enfonce dans sa position.
En tout cas, en s'attaquant aux personnes qui veulent changer le système prison-justice, c'est le système prison-justice actuel qui y gagne. Franchement, ça me rappelle certaines guéguerres de militants en ligne qui s'accusent les uns les autres de pas être assez parfaits pour la cause, je pensais pas que ça pourrait avoir un impact aussi concret dans la vie réel, ce genre de positionnement du mépris et de la condescendance militante sous couvert de radicalisme.
 
Dernière édition :
25 Février 2014
3 436
27 808
3 374
Nantes
@Patate_miaou
L'arrivée de militant radicaux dans certains milieux, qui cherchent absolument à changer les principes d'une association a tendance à pousser les plus modérés vers la sortie, parce que le lieu de l'association est rarement un endroit où on a envie de se battre h24 pour faire entendre sa vision des choses, et que les plus modérés sont aussi ceux qui vont le moins aller à la confrontation. De manière générale, c'est déjà relou de tenir une asso quand "tout se passe bien", mais alors les dissension internes et l'ambiance de merde que ça instaure, c'est efficace x1000 pour tuer le truc...

Je sais pas si c'est ce qu'il s'est passé, et si jamais, des personnes plus radicales ont intégré l'asso dans l'optique de la dissoudre à la fin, mais d'un point de vue extérieur, ça ressemble vachement à ça. Surtout effectivement quand on voit quels tweet sont likés par la page

image_2021-08-03_194233.png


Franchement, ça dégoute je trouve
C'est la vision radicale de "tant que ça existe, ça maintien le système en place", qui n'est pas fausse en soi, mais qui entraine plein de dommages collatéraux et pour une stratégie qui est pas forcément efficace. Ok, peut-être que l'Etat gérerait mieux, ou que la société se révolterait si on dissolvait les Restos du Coeur parce que c'est le genre d'asso qui limite la casse, comme le Genepi (que je connais moins), mais euh, c'est théorique, et ça ne résout pas le problème dans l'immédiat. Par contre ça a des répercussion concrète, mais pas dans le bon sens.

En tout cas, en étant pas du tout dans le milieu, (j'avais vaguement entendu parler de Genepi y'a quelques années), j'ai un très mauvais feeling avec ce communiqué, avec des stratégie que j'ai déjà vu (à une moindre échelle), de scléroser un milieu de l'intérieur par son radicalisme, pour finir par laisser mourir le truc parce que finalement, la radicalité, ça rameute pas tant de gens.


Et WTF que ça soit devenu non-mixte?? Y'a 90% des prisonniers qui sont des hommes, mais une asso sur la prison en général devient non-mixte?? je.. :eh:

edit : et ils en pensent quoi les prisonniers ou les anciens prisonniers au final?
+ c'est marrant de cracher sur " etudiantes bourgeoises de grandes écoles [qui s'achètent] une bonne conscience" alors que ça ressemble vachement avec ce qu'elles font en détruisant une asso décennale pour que n'existe pas de militantisme modérés de leur idéologie
 
25 Février 2014
3 436
27 808
3 374
Nantes
@Margay Comment tu vois que ce sont des tweets likés par la page ? Je n'ai que ça en prenant le compte officiel donc je ne comprends pas bien ton propos:
https://twitter.com/GenepiFrance

Je suis aussi gênée par les accusations sans preuves de type "il y a des militant.e.s qui se sont infiltr.é.es uniquement dans le but de dissoudre l'association". Je ne suis pas anticarcérale, par contre, je suis très mal à l'aise face à ce type d'accusations qui je trouve favorise l'émergence de propos haineux à l'encontre de l'association, propos que j'ai déjà lus également aussi.
J'ai l'impression d'avoir deux camps complètement polarisés, je trouve que c'est dommage en fait. Les commentaires ici me font très franchement cet effet-là mais bon let's agree to disagree j'imagine !
Je vais garder ce commentaire car je le trouve beaucoup plus synthétique que mon pavé d'avant !
Il y a des onglets "tweet", "tweet et réponse", "média", et "j'aime"
le dernier onglet permet de voir les tweet liké par la page.

Sinon, je ne dis pas qu'il y avait une volonté originelle d'infiltrer uniquement pour dissoudre l'association. Juste que ces méthodes d'intégrer des asso déjà construites, par des militants radicaux pour changer l'orientation/les principes déjà en place, mènent souvent à ça. Parce que même si on espèrerait que non, la radicalité fait fuir les gens, et c'est dur de tenir une grosse asso si on recrute pas dans des militants bénévoles modérés


edit : terme infiltration mal utilisé
 
Dernière édition :
23 Décembre 2012
4 674
48 794
4 044
20anspasses.wordpress.com
@Patate_miaou (EDIT, je viens de voir que tu as supprimé ton message initial donc j'édite un poil mais je laisse le reste car ça a pris du temps à écrire :cretin:) Je n'ai jamais pensé que les militants avaient investi l'asso dans le seul but machiavélique de la dissoudre, mais qu'elle l'avait investie puis détruite au lieu de simplement la quitter. J'espère quand même que ces étudiantes avaient plus intéressant à faire que de rentrer à 18 ans dans l'asso avec pour projet de la faire éclater 5 ans après. Je n'ai fait aucune "accusation" nulle part, même pas dans le passage cité où le truc le plus "accusateur" que j'ai pu écrire c'était un cas hypothétique me concernant.

Bref, fermons la parenthèses là-dessus pour parler du reste. Il se trouve que je suis membre des anciens du Genepi et je ne sais pas trop de quel travail tu parles qui serait occulté, mais l'asso n'a à ce jour pas fait grand-chose puisque son but était essentiellement de soutenir le Genepi à la base. Je suis allée voir les actualités (dont je n'avais pas été informée car la com n'a jamais été géniale de la part de cette asso), et il est effectivement question d'une reprise des activités des étudiants en détention via les Anciens qui a été "validée". C'est tout pour le moment. C'est cool qu'il y ait une possible alternative à la dissolution du Genepi via les Anciens à terme, mais je ne vois pas du tout cette asso comme quelque chose d'équivalent au Genepi pour le moment, donc il n'y a tout simplement aucun travail à occulter :dunno:

Ensuite, en ce qui concerne le fait que cette décision émanerait de la majorité des adhérents de l'asso. Je n'en sais rien, et rien ne permet de le savoir. Il n'y a aucun contact dans les communiqués, on n'a aucun moyen de savoir qui est aujourd'hui président de l'asso ou membre du CA, ou encore qui est membre ou comment le devenir. Ces infos ne figurent nulle part sur le site, et on ne sait pas non plus comment cette décision de dissoudre l'asso a été prise et par combien de personnes. C'est un énorme manque de transparence à mon sens. Je ne sais pas trop si tu as déjà fait partie d'une grosse asso, mais il y a des statuts avec un Conseil d'administration et les membres votent pour élire ce CA en Assemblée générale. Au Genepi, quand j'y étais, le CA était clairement identifié, on avait des comptes rendus d'AG pour savoir précisément les décisions prises et les étudiants avaient la possibilité d'y être amenés gratuitement (avec le transport, la nourriture payés etc.), ce qui favorisait l'implication de tous les membres en AG. En outre, le Bureau signait la plupart de ses décisions en donnant les contacts des Présidents, Vice-Présidents, etc., justement parce qu'une asso c'est démocratique et que donc la position pourrait évoluer avec le temps. Engager toute l'asso sur 3 générations parce que Maxime Trucmuche a déclaré ça en 2003, c'est pas terrible. Au moins, en sachant que c'était du temps de la Présidence de Maxime Trucmuche que telle position avait été prise, tu pouvais justifier que la position ait évolué. Après, je peux comprendre le choix de ne pas identifier le Bureau, surtout vu que les auteurs du communiqué ont l'air de penser que le Genepi servait à faire mousser les bourgeois, donc on ne met personne en avant, mais ça a comme problème de créer un certain manque de transparence sur qui a pris quelle décision.
Par ailleurs, le dernier président dont le nom figure dans des communiqués (en 2018) était a priori un homme mais le communiqué se présente comme un groupe de "meufs", donc soit ce président a choisi de se désigner au féminin par choix politique, soit il n'est plus au CA, et du coup on peut quand même se poser la question de si un choix radical de dissolution pris par des gens qui n'étaient pas à une position de responsabilité il y a 3 ans est vraiment représentatif pour une asso qui a plus de 40 ans.
Je suis aussi Mathilde Robert sur Twitter, qui était la Présidente du Genepi en 2014-2015, donc y'a pas si longtemps que ça, et elle se fait insulter par une personne ("va crever", "sale merde", etc.) qui semble faire partie du groupe à l'origine du communiqué. Donc la Présidente d'il y a 6 ans est en profond désaccord avec les nouvelles personnes, je trouve quand même moralement très discutable que ces nouvelles personnes se trouvent en droit de dissoudre une asso au sein de laquelle les opinions étaient très différentes il y a à peine six ans, et ce alors même qu'il faut être étudiant pour être membre de l'asso, donc très peu de membres d'il y a six ans ont encore la possibilité d'intervenir aujourd'hui.
Un tel format d'asso pour moi (où tu reprends le flambeau des gens avant toi tous les 5 ans), bah tu décides pas de le détruire du jour au lendemain (sachant que si tu regardes leur site, ils appelaient encore au recrutement d'étudiants en février 2020... donc juste avant que tout ne soit bloqué à cause de la crise du Covid - chercher à recruter en février 2020 puis décider que non, on veut plus de l'asso en août 2021, vu les circonstances mondiales, pour moi c'est effectivement prendre une décision du jour au lendemain.
Parlons de la crise du Covid d'ailleurs, sachant qu'il faut être étudiant pour adhérer au Genepi et voter à l'assemblée générale, c'est également douteux moralement pour moi de prendre une telle décision en ces temps où les étudiants sont certainement peu enclins à adhérer à une association ou informé sur l'existence des associations et où le nombre d'adhérents sera donc forcément réduit par rapport aux temps normaux.

En ce qui concerne la fin d'intervention du Genepi, ça date de 2018, ce qui est assez récent vu que c'était il y a 3 ans et que sur ces 3 ans, on a plus d'un an et demi de crise sanitaire. Mais le Genepi, ce n'était pas QUE l'intervention en prison, c'était une asso qui avait un sens en tant qu'asso de sensilisation et de plaidoyer - une des meilleures assos que j'ai connue au niveau de la formation à son sujet cible. Donc le fait qu'elle ne puisse plus intervenir en prison ne veut pas dire qu'elle ne servait plus à rien et que c'était logique de la dissoudre.
 
Dernière édition :
23 Décembre 2012
4 674
48 794
4 044
20anspasses.wordpress.com
@Patate_miaou Je ne sais pas d'où tu tiens que l'asso des Anciens du Genepi a été créée pour prendre ses distances avec le radicalisme du Genepi en 2009 :hesite: Le Genepi n'était pas anticarcéral en 2009 et le but de cette asso était simplement de permettre aux anciens membres qui ont fini leurs études de poursuivre leur engagement. C'est écrit sur le site de l'asso :
L’association des Anciens du GENEPI vise à répondre à ce besoin, afin de continuer à soutenir le GENEPI, de rester informer des évolutions du monde pénitentiaire, d’agir aux côtés des nouveaux génépistes qui chaque année prennent la relève. Les capacités d’action du GENEPI en seront démultipliées et ainsi la réinsertion des personnes détenues renforcée. Il n’est pas besoin d’être jeune pour avoir des idéaux. Il est besoin d’actions concrètes pour les atteindre.

Tu en conviendras, c'est un peu l'inverse de "prendre ses distances du Genepi" :dunno:
 
22 Janvier 2013
2 464
9 454
3 884
Ancienne génépiste ici aussi, et je partage entièrement la vision de @MorganeGirly sur le sujet.

Passer par le génépi a été un bond énorme dans mon parcours militant, dans mes réflexions sur la société, dans ma vie en général. Quand j'y étais (2011-2012), la question de savoir "jusqu'où on accepte de se taire sur les pratiques indignes qui existent en prison pour garder notre droit à intervenir" faisait déjà débat. À part quelques personnes qui déchantaient vite, on se rendait bien compte que les ateliers qu'on animait n'allaient pas changer grand-chose en termes de "réinsertion" (j'ai même du mal à écrire ce mot tellement je le trouve creux et vide). Il y avait 3 détenus choisis arbitrairement par les matons qui ne savaient même pas toujours ce qu'ils faisaient là, on les voyait 1h30 par semaine, évidemment qu'on allait pas changer leur vie. Et quand je suis intervenue une fois, ponctuellement, dans une prison pour enfants; ou quand j'ai entendu des collègues raconter qu'elles intervenaient en nurserie, auprès de femmes incarcérées avec leurs bébés, je me suis demandé si je ne cautionnais pas, quelque part, le fait que ces horreurs existent en acceptant d'y animer des ateliers. Mais si j'avais refusé d'y animer des ateliers en disant que je ne pouvais pas tolérer que des enfants de 13 ans soient mis en prison, est-ce que pour autant quelqu'un se serait dit "ok, les génépistes veulent plus venir nous filer un coup de main en organisant des trucs pour les gosses, il va falloir qu'on leur cherche des peines alternatives à la prison alors"? Non, j'aurais juste regardé ailleurs, et les choses auraient continué comme avant.

Je pense pas qu'aller faire un après-midi jeux de société avec des gamins en prison ait eu beaucoup d'impact pour eux. Ça en a eu un énorme pour moi. À part le génépi, il y a quoi pour permettre à des petit.e.s bourgeois.e.s comme moi de savoir ce que c'est, une prison? Des articles sur des médias en ligne, quelques témoignages... Pas grand-chose de tangible. Rien de comparable avec le fait de pouvoir entrer, voir comment c'est, discuter avec des détenus, nouer des liens parfois, analyser et remettre dans le contexte ce qu'on a pu constater grâce aux week-ends de formation et débats qui étaient organisés, et partager nos expériences avec des personnes qui ne s'y étaient pas forcément intéressées à la base.

Par rapport à sa création, où c'était une asso "humanitaire" et pas militante, le génépi s'était déjà beaucoup radicalisé. (et quand je dis humanitaire, ce mot a une connotation très négative pour moi; il y a toujours une certaine condescendance dans l'humanitaire, avec un donneur en position de supériorité et un receveur qui reste assez passif dans l'histoire). L'objet social avait changé pour aller vers plus d'horizontalité, pour parler d'échange autour des questions carcérales plutôt que d'enseigner aux personnes incarcérées. Il ne faut d'ailleurs pas oublier que le génépi avait été créé suite à des émeutes dans les prisons, et que le but premier était donc un peu... que les détenus se tiennent tranquilles pour qu'on puisse continuer à enfermer des gens. La radicalisation me semblait même un processus tout à fait logique: tu rentres en sachant pas trop à quoi t'attendre, par curiosité, pour te sentir utile, et puis tu découvres la réalité des prisons françaises, tu te prends une bonne baffe dans la gueule, manques de faire un malaise en voyant les cellules d'isolement, tu réfléchis, tu te questionnes, tu pleures en rentrant d'intervention aussi parfois, et puis... tu finis tes études et d'autres bénévoles prennent le relais avec la même naïveté que tu avais au début. En tous cas c'est comme ça que j'avais vécu les choses. S'acheter une bonne conscience, faire du voyeurisme? Je sais pas, peut-être que pour certain.e.s bénévoles, ça commençait comme ça, mais ça offrait tellement d'occasions d'évoluer vers une position plus construite...

Quand on faisait des actions de sensibilisation du public, on se prenait souvent, très souvent dans la gueule des "oui mais et les violeurs hein, toi, jeune femme, tu veux les défendre en organisant des trucs en prison?" C'était un peu l'épouvantail qu'on nous brandissait pour nous interdire d'avoir des positions trop radicales. Alors que les crimes comme viols et meurtres, c'est quelque chose comme 2% de la population carcérale. Est-ce que le fait que le génépi se soit revendiqué comme "féministe et anticarcéral", ça veut dire qu'ils ont gagné, tous ceux qui voulaient limiter la réflexion sur la prison à une réflexion sur la toute petite minorité de crimes sexistes qui conduisent (rarement) des gens en prison? Est-ce que le débat a été monopolisé par ça?
 
25 Février 2014
3 436
27 808
3 374
Nantes
Sinon, il y a un communiqué de 2019 qui explique pourquoi genepi a arrêté d'intervenir en prison (https://www.genepi.fr/fin-de-laction-en-detention-pour-le-genepi/). Ca rejoint les problématiques exposés plus haut, mais c'est quand même beaucoup plus supportable à lire que le CP actuel :P


Extrait a dit :
[...]Initialement créé par le gouvernement pour, en partie, acheter la paix sociale dans les prisons à la suite des mutineries, le Genepi a vu le jour en 1976. Dès lors, une centaine d’étudiant.e.s des grandes écoles ont pu entrer en détention et proposer aux personnes détenues des ateliers scolaires. L’objectif était de sensibiliser les futurs employeurs et chefs d’entreprises à la réinsertion sociale des prisonnier.e.s.

Cependant, dès 1981, le Genepi affirme ne pas subordonner sa définition de la réinsertion à celle qui transparaît alors dans les politiques publiques, en accord avec Laurent Jacqua qui a, récemment encore, rappelé que la réinsertion est “un mot générique qui fait partie du langage institutionnel” [Dans le podcast « Comment refaire sa vie après la prison ? » – 20 minutes – 03/09/2019].

Depuis, presque toutes les évolutions de la pensée du Genepi sont retracées dans les prises de position de l’association.

En 2011, l’identité de l’association évolue : les genepistes souhaitent d’une part de ne pas restreindre les actions de l’association aux seuls ateliers en détention et d’autre part, en finir avec un acronyme – Groupement Etudiant National d’Enseignement aux Personnes Incarcérées – qui ne reflète plus le projet de l’association. Le Genepi change son objet social et milite désormais pour « le décloisonnement des institutions carcérales par la circulation des savoirs entre les membres de l’association, la société et les personnes incarcérées ».

En 2017, dans une optique de réflexion politique sur l’action en détention, le Genepi a déterminé des « limites basses » au niveau national, constituant un cadre minimum pour ses interventions. Parmi ces lignes rouges à ne pas franchir : la présence de dispositifs d’écoute et de vidéosurveillance dans les salles d’ateliers, la pratique de fouilles à nu après les ateliers, la présence de listes d’appels ou tout autre système « du bâton et de la carotte » dans lequel s’inscrirait contre son gré le Genepi. Dans les faits, faire respecter ces limites basses s’est révélé pratiquement impossible et nombre de groupes locaux ont passé outre. [...]
 
23 Décembre 2012
4 674
48 794
4 044
20anspasses.wordpress.com
@Margay J'étais personnellement loin d'être en désaccord avec ce communiqué de 2019! Parce que pour ma part - et je pense que c'est quand même le cas de beaucoup de gens choqués par le nouveau communiqué - ce qui est choquant dans la déclaration récente, ce n'est pas tant la dissolution en elle-même que la manière dont elle est présentée et les arguments mis en avant (qui ne sont pas du tout "l'Etat nous empêche d'intervenir correctement donc c'est logique d'arrêter" mais "l'association est nocive par essence car elle cautionne la prison").

Comme tu le soulignais dans un précédent message, autant je trouve qu'un mouvement féministe anticarcéral a du sens, autant je ne vois pas très bien pourquoi vouloir absolument plier le Genepi à cette orientation. C'est bien parce que ça n'est pas du tout la structure idéale pour un féminisme anticarcéral que les militantes ont fini par se rendre compte que ça ne fonctionnait pas!
Elles ont écrit un numéro spécial de leur magazine dispo sur le site du Genepi où je trouve quand même très étrange à quel point le sujet de la prison est orienté autour de la question du féminisme et des femmes. Ce sujet est évidemment hyper intéressant et pertinent, mais je ne vois pas bien comment il peut être particulièrement logique de le mettre au coeur d'une asso comme le Genepi qui travaille sur le lien entre détenus et étudiants.
Dans leur numéro spécial féminisme anti-carcéral de juin 2021, elles écrivent notamment :
Lorsque l’on parle de prison, les femmes sont régulièrement mises de côté. Pour autant, elles peuvent aussi être concernées par la prison, à la fois en tant que proches de prisonnier.es mais également en étant elles-mêmes incarcérées. En effet, les femmes représentent 3 à 4% de la population carcérale. Et même si ce chiffre est beaucoup moins important que le nombre d'hommes incarcérés, il est toujours trop élevé dans une perspective d'abolition des prisons et plus généralement du système police-justice-prison.
Pour moi, ça semble quand même être un exercice d'équilibriste de justifier qu'on va mettre les femmes au coeur du discours alors même qu'elles sont très minoritaires en prison... Je veux dire, en tant que féministes, on reproche beaucoup aux hommes de toujours tirer la couverture à eux quand un sujet concerne de manière écrasante les femmes. L'emprisonnement concerne de manière écrasante les hommes, donc c'est quand même un sujet où je trouve un peu déplacé de transférer le focus sur les femmes à ce point. Bien sûr que le féminisme anticarcéral soulève des questions clés, et que ces militantes ont soulevé des questions clés dans leur magazine, mais pourquoi utiliser le Genepi comme plateforme pour ça, surtout si c'est pour finalement décider que ça ne convient pas donc on ferme tout?
Quand je lis un passage comme ça par exemple :
Nous refusons que nos luttes féministes soient instrumentalisées par l'État pour sa propre machinerie oppressive, pour maintenir son pouvoir et agir pour ses propres intérêts. Jamais les nôtres. Nous refusons de nous voir dépossédées de nos choix, de notre autonomie et de nous voir empêchées de nous organiser collectivement contre ce même pouvoir. Il est dans l’intérêt de l’État que le recours à la prison soit vu comme l’unique option et qu’un monde sans enfermement ne soit envisageable pour personne.

Ou dans un autre numéro de 2021 ici :
Le patriarcat est institué dans toutes les sphères (famille, travail, État, espace public, etc) : il se matérialise dans chacune de ces sphères. Autrement dit, aucune institution, aucun groupe, aucun-e individu-e est neutre du point de vue du genre. Depuis ce constat là, on doit partir du principe que la prison n'est pas neutre non plus du point de vue du genre, qu'elle ne peut être neutre dans un système patriarcal. On doit comprendre, en tant que femmes, en tant que féministes, comment l'institution carcérale s'imbrique dans le système patriarcal ; on doit comprendre si elle est un outil qui sert le patriarcat ou si elle représente au contraire un potentiel d'émancipation des femmes. En d'autres termes, la prison sert-elle les intérêts des femmes en tant que classe ? Cette question est d'autant plus importante à poser quand l'État légifère depui s des décennies, au nom de la protection des femmes, en notre nom, pour exiger plus de prison pour les agresseurs / violeurs (allongement des peines, création nouveaux délits / crimes etc).

J'ai envie de dire "ok, mais c'est un positionnement d'asso FEMINISTE ça", d'asso qui lutte pour les droits des FEMMES, pas d'une asso dédiée à la prison, et même si évidemment ce sujet est très important, c'est un peu détourner une cause au profit d'une autre je trouve que de parler d'oppression des femmes comme coeur du discours sur la prison - et il y a vraiment peu de domaines où je trouve qu'axer autant sur les femmes est HS, mais pour le coup je pense que l'action du Genepi n'est pas spécialement construite avec les femmes comme focus et ça n'a rien de négatif, c'est juste pas son rôle à la base. Le Genepi aurait évidemment pu prendre en charge ces thèmes puisqu'ils touchent à la prison, mais mettre le mot "féministe" en premier après le nom de l'asso, pour moi, c'est un gros risque de s'approprier une cause de manière déplacée.

Un peu dans le même ordre d'idées par ailleurs, je précise que si je mentionnais Mathilde Robert, ce n'était pas pour dire qu'elle devrait pouvoir intervenir pour empêcher la dissolution de l'asso mais surtout que quand on se permet d'insulter littéralement une présidente récente qui était très active et investie en lui disant carrément "d'aller crever" avant de balancer qu'on hait tous les avocats qui sont des sales bourges profitant de la souffrance d'autrui, je me permets de douter de la cohérence avec l'esprit de l'association tel qu'il existait au cours des 40 dernières années, donc de la légitimité qu'on a à dissoudre une structure qui n'a finalement rien à voir avec nos convictions ou nos centres d'intérêt militants.
 
Dernière édition :

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes