Topic des addicts

24 Août 2013
1 080
13 620
3 874
@Evarine : Non jamais, je suis agent de sécurité de nuit et je prends mon travail très au sérieux. J'ai toujours fait en sorte d'être au maximum en forme pour pouvoir le faire au mieux.

Là où il y a désespoir, il y a espoir. Il y a de la rage, de la colère, de la force dans ce texte, j'écris ma douleur mais pas que. Et surtout je ris de mes blessures parce qu'au fond, comment saurais-je que je vais bien si je n'allais pas mal parfois ? La vie ça peut pas être bien tout le temps. C'est juste des moments down, je l'écris sous la page, mes sentiments négatifs, la douleur, la haine, la rage, la culpabilité, la honte, j'en ris et ensuite je reprends ma vie. Et ça me fait du bien de le lire. C'est pour ça que je le partage, je pense qu'on a tous déjà ressenti ce genre de sentiments pour une raison ou une autre et je me dis que si ça a pu m'aider, ça peut en aider d'autres. Et j'aime la fin de ce livre, le chemin aussi, ça fait mal avant d'aller mieux, ça oscille, ça alterne mais la fin, c'est la plus belle chose que j'ai jamais écrit. Ce qui me redonne du courage à chaque fois que j'ai envie de lâcher prise.
 
  • Big up !
Reactions : noem998
5 Août 2020
215
1 284
204
32
yvelines
Agent de sécurité !! Big up! (le cliché que c'est un métier d'homme toussa)

Vraiment ma question hier était bête et dangereuse.

J'étais mal hier et aujourd'hui ça va mieux, je commence à comprendre pourquoi j'allais mal hier et pourquoi les paroles de mas oeur me pesaient autant. J'ai pris une résolution concernant l'alcool: uniquement de la bière, en bar ou restau et avec des amis. Jamais seule. Je n'en stocke pas chez moi. Si je suis invitée je ne bois que de la bière (autant ne boire que son alcool préféré lol). Je sors une fois par semaine environ, parfois pas du tout, donc ça devrait être bien. ET je sors en voiture donc un verre maximum.

Je suis contente de lire ça, qu'écrire tout ça te fait du bien. C'est vrai que ça aide tellement d'écrire, j'en sais quelque chose, j'ai aussi bcp écrit. maintenant quand je vais mal, je m'enregistre sur mon téléphone, je garde ça quelque part et un jour je réécoute. Souvent ça me fait rire mais aussi j'en profite pour m'analyser
 
  • Big up !
Reactions : Inozo and MaryJAnna
24 Août 2013
1 080
13 620
3 874
@Evarine : Ahah, j'ai absolument pas la tête, ni le physique de l'emploi en plus.

Oui la question était bête et dangereuse mais bon on a tous des pensées bêtes et dangereuses parfois.

Tu t'en sors comment avec tes règles ? De manière générale, tu te sens comment ?

J'ai eu une période où je m'enregistrais aussi mais au final je suis revenue à l'écrit. C'est là où je me sens le mieux.

Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.
 
5 Août 2020
215
1 284
204
32
yvelines
Hello @MaryJAnna
j'ai cru que tu parlais de mes règles d'abord et j'étais là "euh... mais je me rappelle pas avoir parlé de mes règles sur ce topic... ni sur le forum d'ailleurs" lol
Oui mes commandements ! ^^

Bah ... je suis allée tester le nouveau bar ce week-end toute seule, parce qu'enfin un beau bar dans ma ville, et parce que j'avais envie de bière et personne était dispo pour m'accompagner, et j'avais pas envie de quémander non plus. donc j'ai apprécié ma guiness. J'avais l'impression d'etre l'alcolo sans amis mais ça m'a permise de discuter avec un serveur et de me montrer sympa, ils se rappelleront de moi en bien :)

il fut un temps où j'écrivais des lâchers de pensées, où je couchais sur le papier en vrac tout ce qui m'énervait... quand j'étais plus jeune et que mes émotions me mettaient en rogne... je le fais plus trop
J'ai gardé ces notes et quand je les relis, c'est ... intéressant, violent mais révélateur de mon mal être
 
  • Big up !
Reactions : MaryJAnna
24 Août 2013
1 080
13 620
3 874
@Evarine : Mince, je viens seulement de voir ton message et j'ai complétement oublié de répondre à l'ancien. Bon d'un côté c'est une bonne nouvelle, c'est que je n'ai pas eu de crise sévère depuis un bail. Donc pour répondre à ta question ça va. Je bois toujours mais j'arrive à être raisonnable et je ne tombe pas dans des boucles de négativité en ce moment.

Et toi comment vas-tu ?
 
5 Août 2020
215
1 284
204
32
yvelines
Coucou petit update et racontage de vie

Je suis contente, j'arrive à tenir, mon dernier verre était le 26 janvier, et j'ai décidé de boire uniquement avec des amis -et coup de bol, je les vois peu ;( ou si je les vois, on fait autre chose, on est dans la forêt ou on bricole, donc donc pas le meilleur endroit/moment pour boire

Ce soir là j'ai envie de boire une bière. Mais comme à chaque fois que ça me prend, je m'efforce de mettre mon mental sur une autre activité perso. Je me répète que l'état dans lequel je vais terminer si je bois n'est pas ce que je veux. Si j'ai besoin de me détendre, je peux faire de la sophro, je peux chanter, je peux regarder un film.
En plus si j'arrive à ne pas boire d'ici le 26 j'aurais tenu un mois sans alcool. Je crois avoir réussi l'année dernière, en mai, mais c'est vraiment dur sinon. C'est tellement dur de pas boire pendant un mois. Je trouve le temps long.

Le seul bémol est que je sais que quand on me propose de l'alcool, je dis pas non. Je peux pas dire non. Si on me ressert, je dis pas non. Le we du 27-28, je vois des amis. J'espère qu'on va boire. Je vais pas me restreindre, j'habite à côté.
 
24 Août 2013
1 080
13 620
3 874
Hello @Evarine ,

Ton dernier message est très encourageant. Je viens prendre des nouvelles, savoir si tu as tenu le mois ? Tu te sens comment par rapport à ce week-end ? Ton état d'esprit a-t-il changé ?
Courage en tout cas et félicitations pour tes gros progrès.
 
5 Août 2020
215
1 284
204
32
yvelines
Coucou @MaryJAnna,

Merci pour ton message. Et bien justement ces derniers jours, j'ai repensé à mon "parcours", un mois sans alcool c'est vraiment bien. Je ne ressens plus le besoin maladif de boire, et je sais aussi pourquoi. Je buvais car je n'aimais pas ma vie et je me sentais bloquée (l'année dernière). Depuis le début de l'année, j'entrevois une sortie, un espoir (malgré le contexte morose actuel) et je me dis que je dois garder la tête claire et froide pour mener à bien ce projet.

J'ai donc décidé d'apporter des jus de fruits à ce repas d'amis et coup de bol on était à peu près sur la même longueur d'onde, certains ont pris du cidre (y aurait eu de la bière ou du vin j'aurais ressenti un petit truc, peut être). Tout s'est bien passé, je n'ai pas pensé à boire. Je me sens dans un autre mood maintenant.
Je m'autoriserai à boire un ou deux verres de bière de temps en temps quand je vois ma meilleure amie. Je resterai vigilante, surtout quand la déprime reviendra

Et toi ? Tu as envie de partager ton ressenti?
 
3 Octobre 2018
188
1 474
514
Bonjour!
Je bascule sur ce topic suite à la proposition de MaryJAnna dans les commentaires sous l'article : Comme trop d'étudiantes, je suis devenue alcoolique (et démunie face à cette addiction)
Pour résumer, j'ai commencé à prendre conscience de ma consommation excessive en 2017, suite à une grosse cuite qui aurait pu me coûter cher (je m'en suis sortie avec "juste" une bosse sur le front). :mur:
Début janvier 2021, j'ai pris la résolution de noter les unités d'alcool consommées sur un calendrier (ex : 7/01 : 0, 11/01 : +3 etc), pour avoir des données concrètes sous les yeux.
Bilan de janvier : 28,5 unités (aïe)
Février : 23 (léger mieux)
Mars : 12 (contente)

Avril n'est pas encore fini, mais j'en suis déjà à 11,5, ce qui n'est pas super, mais c'est déjà moins pire que le mois de janvier! J'essaie de garder une vision positive des choses et de ne pas sombrer dans la culpabilisation.
Mon but n'est pas d'arrêter totalement, mais de prendre de nouvelles bonnes habitudes : retarder le 1er verre, dire non et s'y tenir, boire un verre d'eau entre chaque verre d'alcool etc.
C'est difficile, mais mon entourage commence à prendre le pli et me "pousse" de moins en moins, ce qui est très bon signe!
Pour l'heure, je cherche à stabiliser la situation actuelle, avant de voir si je cherche un nouveau palier à atteindre ou si l'état actuel me convient.

Bonne journée à vous!
 

Endless

Hot like Mexico
27 Août 2009
5 461
28 781
5 894
Je relance un peu le topic ! Avec un pavé :lalala: (je ne pensais pas blablater autant).


Ma conso a repris à la hausse au mois de mai. J'ai pris 3 (grosses) cuites :

- Une, sous un prétexte fallacieux (anniversaire d'un proche), surtout parce que j'étais très anxieuse par rapport au travail et que j'avais besoin de relâcher la pression ;
- Une autre, parce que j'ai été obligée d'aller à une soirée (sous peine de subir une crise diplomatique conjugale) et que je m'y suis sentie terriblement mal à l'aise (donc j'ai picolé dès l'aprém pour me désinhiber et faire passer le temps) ;
- Et la dernière, parce que je me sentais hyper mal à la suite de cette fameuse soirée (qui a évidement tourné en eau de boudin), que j'ai plongé dans un gros coup de déprime donc j'ai profité de la réouverture des terrasses pour noyer mon chagrin et me donner un semblant de légitimité.



L'alcool a pour moi deux fonctions principales :

- Soupape : plus jeune, j'ai commencé à boire car j'étais très déprimée et frustrée par ma vie (je n'avais pas choisi mon domaine d'études, et ma vie familiale était anxiogène, etc). Penser à la cuite du week-end me permettait de tenir le coup. C'était ma façon de dire merde à tout, d'extérioriser mes sentiments et ma souffrance. Je ne pouvais pas m'exprimer, donc j'avais beaucoup de mal à gérer mes émotions. L'alcool me permettait de relâcher tout ça.
De façon générale, dans mon entourage, quand ça n'allait pas, j'entendais l'expression "pff, si c'est comme ça je vais me bourrer la gueule, tiens". Toujours dite pour rire, mais mise en pratique régulièrement.
C'était aussi un moyen de me faire du mal, comme la cigarette. De reprendre un peu le contrôle sur ma souffrance : ok ça va mal, mais c'est parce que je l'ai choisi.
Je me voyais telle une héroïne dramatique, étouffée sous le poids de son propre destin. Je n'avais aucune marge de manoeuvre dans ma vie, et l'alcool m'offrait l'illusion de pouvoir me libérer, au moins le temps d'une cuite.
Aussi, j'aime les excès, les extrêmes, les sensations fortes, l'adrénaline. Je ne sais pas si c'est lié à ça. C'est une composante importante de ma personnalité. J'aime aussi le calme extrême, à l'inverse, la modération totale, la vie saine. Je navigue entre tout ça.


- Remède contre l'anxiété sociale : je crois que je suis assez introvertie, et surtout, je m'ennuie en présence des gens en général. Néanmoins, j'ai tout de même besoin de contacts sociaux. N'ayant pas assez de liens de qualité selon moi, boire me permettait d'avoir cette illusion d'être entourée. Alors que concrètement, je ne partageais pas grand chose d'intéressant avec la majorité de mes potes, et la plupart me semblaient sympathiques après quelques verres uniquement.
Le déclic, c'est quand un de mes proches (vraiment proche) m'a dit "aller au bar sans picoler, je peux pas. Je me ferais tellement chier ! Je préfère encore rester seul chez moi". Bah oui, c'est totalement ça pour moi. Je ne suis pas à l'aise dans ces situations. La plupart des soirées m'ennuient :ninja:. J'ai besoin d'activités, d'animation, de discussions passionnées.
Paradoxalement, je suis tellement habituée à être seule, que passer une soirée avec quelqu'un sans boire me semble étrange.


L'alcool est aussi devenu, avec le temps, une composante de ma personnalité : E. la festive, qui aime les soirées, beugler des chansons paillardes, bien apprêtée mais masculine (un vrai bonhomme ! du caractère !). Une façon de m'émanciper de mon rôle de femme, qui est ô combien aliénant dans notre monde sexiste. Picoler, ça me permettait de m'affirmer, qu'on ne vienne pas me faire chier. La tata childfree, punk, un verre à la main, qui ne se prend pas au sérieux, qui crame la vie par les deux bouts, forte.
Au final, en tant que femme, boire te rend encore plus vulnérable.


Ma plus grande peur en arrêtant de boire (ou du moins, en limitant très drastiquement les soirées), c'est de m'isoler. Et de m'ennuyer. J'ai du mal à m'imaginer sans ces moments grand guignolesques, sans ces bêtises de soirée qui ont émaillé mes années. Car j'ai aussi d'excellents souvenirs de soirée, j'y ai rencontré des gens formidables, ça a resserré certains liens à une vitesse folle.
Je ne suis pas sûre de réussir à mieux occuper mon temps. Je n'ai jamais été disciplinée : est-ce que je ne vais pas passer mes week-end à glander seule, et finir par déprimer ? Entrer dans une routine très plate (boulot, courses, ménage, Netflix) ?


Pourtant, mon mode de consommation a bien changé par rapport à il y a quelques années. A l'époque, j'étais incapable de passer un week-end sans cuite, que je sois en couple ou pas. Maintenant, j'apprécie mes moments seule, rien ne me fait plus plaisir qu'une balade seule et sobre le dimanche matin. J'ai déjà réussi cette transition là.


Je m'étais fixé un "cahier des charges" assez clair concernant les soirées, afin d'être sûr de n'aller qu'à celles qui me feront vraiment du bien, et de ne pas me cuiter "pour rien". De n'être entourée que de gens safe & bienveillants, pour fêter quelque chose de vraiment important et qui me tient à coeur (un super concert, le retour d'un proche...), ne rien avoir de prévu le lendemain, être dans un cadre agréable (exit les soirées en appart, que je déteste). Sauf que mon entourage me sollicite souvent pour autre chose, et que j'ai du mal à dire non. Rien que ce week-end, j'ai esquivé 4 apéros. J'ai du me mettre à gueuler face à l'insistance (!). Et c'est vraiment dur de dire non, quand en face de toi on insiste, et qu'une part de toi a envie d'y aller, se dit "allez, ça va être cool", "tu vas louper un truc super", "au pire tout le monde picole, y'a rien de grave".


Bref je sens que mon moral prend une claque dès que je dépasse mes limites. J'ai l'impression de passer à côté de la vie du Français classique quand je refuse une sortie : notre vie faite de terrasses, de bons restaus arrosés de vin, de fêtes constantes, d'apéros entre collègues. Comme si je me privais de quelque chose.
 

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes