Féminisme abolitionniste et réflexions sur le "coût caché" du sexe tarifié

17 Décembre 2021
252
3 739
144
Loin de moi l'intention de monopoliser le sujet, mais il se trouve qu'A l'air libre, l'émission de Médiapart a traité de l'industrie pornographique ce soir :
L'émission commence à 2min40.
Les avocats présents sur le plateau accompagnent leurs clientes dans un dépôt de plainte pour incitation à la haine raciste et sexiste et dans un combat pour faire retirer les vidéos de ces victimes de plateformes en ligne.
Je vous retranscris une déclaration de l'avocate que j'ai trouvée forte :
Ce qu'ils viennent rechercher [les hommes qui visionnent ce type de vidéos], c'est la possibilité d'échapper au contrôle de la loi pour se déchaîner, pour se masturber sur l'apologie de la haine de l'autre.
Edit. : Et une seconde :
Ce qu'il faut vraiment retenir de cette procédure, c'est que la pornographie, c'est un immense mensonge. La société a l'obligation maintenant de la regarder en face. [...] La pornographie, tout ce que c'est, c'est du viol érotisé, de la violence sexuelle érotisée, c'est de la haine érotisée, ce n'est en aucun cas de la sexualité. Et pendant longtemps, cette rhétorique d'invisibilisation, de banalisation est aussi un outil utilisé par les recruteurs contre les victimes, qui s'appuie sur une banalisation largement ancrée dans la société et dans ce discours de cette soi-disant liberté sexuelle qu'on trouverait, ou de liberté d'expression ou artistique qu'on pourrait trouver soi-disant dans l'industrie pornographique. Mais quand on la regarde de près, quand la passe au crible du code pénal on est obligé de s'apercevoir qu'on est purement et simplement sur une liste sans fin d'infractions criminelles ou d'une immense gravité érotisées, et parce que c'est érotisé, on aurait pas le droit d'y toucher.
Ce n'est, je crois, pas une question que l'on a pu aborder encore sur ce sujet, bien que l'on ait évoqué la part importante de femmes étrangères parmi les prostituées et la vulnérabilité des migrantes au trafic d'êtres humains, mais, en dehors de la misogynie évidente inhérente au système prostitutionnel et à l'industrie pornographique, le racisme est également un point important.
A la violence misogyne s'ajoute une violence raciste décomplexée, des velléités d'humiliation et de déshumanisation des personnes racisées notamment dans les termes utilisés pour les décrire dans les vidéos et textes pornographiques et dans les situations dans lesquelles elles sont mises en scène. Il y a une claire influence des mentalités colonialistes, que ce soit dans l'histoire de la prostitution, dans le tourisme sexuel actuel et dans l'imaginaire pornographique et érotique.
 
Dernière édition :

Aesma

Poutou Partout, Le Pen Nulle Part
23 Janvier 2014
7 297
32 315
4 104
J'ai longtemps cru que j'étais abolo, la prostitution bouh c'est pas bien. Et puis je me suis renseignée, et puis j'ai découvert qu'une connaissance pour qui j'avais beaucoup d'admiration était TDS.

D'abord il faut bien comprendre une chose : avant d'abolir la prostitution il faudra abolir le patriarcat et le capitalisme. Également, défendre les droits des TDS n'est pas cautionner les réseaux de traites d'êtres humains.

Quelques faits qui m'ont fait réfléchir à cela :
• depuis 2016 on pénalise les client·e·s de TDS, sauf que les TDS doivent dans le même temps se déclarer à l'URSAFF (sisi c'est pas une blague)
• la traite d'êtres humains ne concernent pas que la prostitution (il y a beaucoup d'esclaves modernes dans le secteur du bâtiment, de l'agriculture ou de la production domestique - garde d'enfants, ménage etc) mais dans tous ces corps de métiers on fait bien la différence entre travailleureuses et victimes d'exploitation
• parmi les TDS on compte une bonne part d'étudiant·es, de mères célibataires, de réfugié·es sans papiers mais également de personnes LGBTQI+ ainsi que de personnes handicapées, il y a de nombreuses études qui montrent que les étudiant·es salarié·es ont beaucoup moins de chances que les autres de réussir leurs études, à quel moment c'est plus respectable de bosser tous ses WE à McDo ou 3 nuits par semaine dans une société d'entretien pour un salaire de misère payé au lance-pierre quand tu peux te faire X€ en ayant un rapport tarifé ? À quoi bon avoir des horaires et un boulot de merde quand tu dépenses les 3/4 de ton salaire en baby-sitting ? Quel métier est réellement accessible quand tu n'as pas de papiers ou que tu es victime de discriminations ? Est-ce qu'abolir la prostitution va vraiment améliorer les conditions de vies de ces personnes ?
• dans la loi de 2016, l'aide pour sortir de la prostitution était de 300€ non cumulables avec d'autres aides. C'est moins que le RSA et de nombreuxes TDS ont justement commencé à se prostituer car le RSA ne suffit pas pour vivre.
cette loi a un bilan catastrophique : les putes sont plus souvent pénalisé·e·s ou arrêté·e·s que leurs clients qui "prennent des risques" et en profitent pour imposer une baisse de prix et/ou des rapports non protégés. Moins de clients veut également dire moins de choix et donc + de risques de tomber sur des agresseurs (quand t'as 10 clients dans la semaine et que y en a un que tu sens pas tant pis, 9 ça suffit pour payer ton loyer et tes courses ; quand t'as 3 clients dans la semaine dont 1 que tu sens pas ben t'as plus vraiment le choix parce que t'es encore à découvert du mois dernier) Autre problème, + les clients veulent rester cachés + il y a besoin d'intermédiaires et donc de... proxénètes !
• En parlant de proxénétisme la loi française sur le proxénétisme est carrément problématique : elle assimile au proxénétisme toute aide que pourrait recevoir les putes, les empêchant de louer des appartements, vivre en couple ou en colocation mais aussi de s'auto-organiser entre elleux pour avoir des conditions de travail + décentes.
• Déjà bien précarisé·es par la loi de 2016, le covid a mis les TDS en PLS, le Strass a sorti un gros rapport avec plein de suggestions à courts et longs termes.

Pour tout ce qui est de la rhétorique abolo je vous recommande ++ tapotepute qui démonte tout ça avec brio :

tapotepute

Mes penchants masochistes et moi on a décider de passer un week-end à penser à l'abolitionnisme.

L'abolitionnisme c'est le mouvement politique "féministe" qui veut abolir la prostitution et la pornographie.

On ne se penchera donc pas sur les anarchistes et libertaires qui veulent abolir le travail du s*xe parce que c'est un travail et que le travail c'est nul.
Mais bien sur les arguments, statistiques et discours abolitionnistes.
Comprendre ses ennemis toussa toussa

Le "viol tarifé"
Alors on commence avec la notion de "viol tarifé"

La rhétorique abolitionniste fait comme ça : "les prostituées acceptent de coucher avec leurs clients contre de l'argent, sans argent, elles n'acceptent pas. Elles n'en ont donc pas envie, c'est donc un viol"

Selon cette idée, ce n'est pas le consentement qui compte mais l'attirance, l'envie.
Le consentement motivé par autre chose que du désir serait un "faux consentement". Une autre personne que moi peut décider si mon consentement est valable.

On a toustes nos conditions pour faire du s*xe
- "pas le premier soir"
- "pas avant le mariage"
- "seulement avec une personne avec qui je suis en couple exclusif" etc.
La mienne c'est "contre un certain tarif horaire". Mais pour les abolitionnistes, l'argent n'est pas une condition acceptable.
On arrive à cet endroit du discours abolo où il faut comprendre que pour elleux, je ne suis pas en pleine possession de mon libre arbitre. Je suis donc "forcée" par l'argent.

Mais si cette idée est un peu absurde (décider à la place des autre de s'iels consentent ou non, c'est un truc de machistes non ?), elle est surtout dangereuse.

Si quoi qu'il arrive, quand je suis avec un client c'est un viol tarifé, quand mes limites ne sont pas respectées, qu'il y a rupture de consentement ou juste viol. Ben ça compte pas, parce que depuis le début, c'était un viol.
Et c'est là qu'un discours qui prétend vouloir protéger les tds nous mets en danger.

C'est tout pour moi, je vais prendre un bain pour laver ce que j'ai lu sur des sites abolos.

Réseaux de proxénétisme
"Oui, mais les tds qui bossent en réseau, sont soumises à des proxénètes, sont victimes de traffic d'être humain ? " me chuchotent les abolitionnistes.

Alors soyons clair.e.s, si je milite pour que le travail du sexe soit reconnu c'est aussi parce que je crois que le traffic d'être humains, l'esclavage. C'est profondément mal. Et qu'il faut nommer la différence, sans cesser d'être solidaire avec les personnes exploitées.

Les abolitionnistes parlent du 1 pour cent pour qui c'est un choix, d'une élite des putes (d'où sort ce chiffre ? D'une fleshligth probablement)

Mais soyons sérieux, si c'est de l'esclavage ce n'est pas du travail. Quand un.e migrant.e récolte tes fraises de mars pour pas un rond, tu propose pas d'abolir les fruits rouges. Quand Nestlé assume avoir participé à l'esclavage d'enfants, tu boycotte même pas tes céréales pref. Quand Polanski plaide coupable pour viol sur mineure, est accusé par des enfants, t'es pas avec moi pour bloquer des cinémas.

Ce qui te gêne c'est pas l'exploitation, c'est le sexe.

Ensuite, et cela a fait ses preuves, dans les pays où le tds est decriminalisé, les taux d'esclavage sexuel chutent drastiquement.

Les mesures abolos ne protègent personne, sauf une morale blanche bourgeoise. Une culture hétérosexuelle de la honte du sexe et de la haine des corps.

Despentes disait "les putes sont les seules prolottes pour lesquelles les bourgeoises s'inquiètent", puis elle a bien raison.

"C'est une violence sexiste"
Dans un monde où l'immense majorité des clients du travail du s*xe sont des hommes. C'est un argument abolitionniste qui paraît presque pertinent.

En effet, dans un monde magique sans patriarcat ni capitalisme, le travail du sexe sans le moindre doute un autre aspect. Les métiers du soin, la construction de la médecine, l'enseignement, tout aurait probablement un autre aspect sans patriarcat.

Et je ne te dit surtout pas que je n'ai pas hâte que ça arrive (double négation waouh) Néanmoins en attendant, je voudrais bien des droits s'il te plaît.

Pour les abolos, les p*tes sont le summum de l'anti-féminisme, des traîtres à la botte du machisme. Mais sincèrement, si les métiers du s*xe sont tournés vers les sexualités masculine, c'est pas parce qu'on veut pas de client.e.s meufs et queer. C'est qu'il n'y en pas.

Tu sais comment faire pour changer le monde ça y est ?

'La majorité des TDS ont subi des violences sexuelles"
Je vais te citer une collègue et douce personne qui me suis :
"Fun fact. Les boulangères ont en majorité été violées.
Parce que c'est des boulangeres ? Non, parce qu'on vit dans un monde où les violences sexuelles sont omniprésentes. D'ailleurs, si on est dans les corrélations abusives, 100 pour cent des gens qui portent des chaussures bleues vont mourir un jour, c'est super dangereux, les chaussures bleues"

Voilà, en fait, argumenter que la plupart des tds ont subit des violences sexuelles et que c'est pour ça qu'elles se sont tournées vers le tds, c'est absurde.
La plupart des meufs, des queers, des personnes trans, des personnes non conforme au genre ont vécu des violences sexuelles.

Ça peut être une raison de se tourner vers le travail du s*xe, pour se réapproprier son corps, ses limites, son pouvoir sur la sexualité. Ça peut n'avoir aucun lien.

Et cette connexion elle est faites pour tenter de fabriquer un imaginaire de violence, de souffrance autour des tds, puis c'est juste une technique pour qu'on ai l'air de souffrir as fuck.

Alors que bon, si ce monde n'est pas follement une partie de plaisir pour les p*tes, c'est surtout parce que les abolos nous harcèlent, que les lois nous precarisent, que la putophobie nous isole.
Elle aborde également plein d'autres sujets tel que le porno ou le couple qui sont passionnants
 

Tu as raison.

emmerde celles qui excusent les fachos
16 Septembre 2021
868
5 420
404
@Aesma

Si tu as lu le topic, tu auras compris que ce sujet n'est pas un sujet à débat "pour ou contre l'abolitionnisme". Merci de respecter ça :fleur:

Tes remarques sont intéressantes, la plupart sont des points déjà soulevés dans le fil du sujet.
Moi, ce qui m'etonnera toujours, c'est que 89% des prostituées voudraient en sortir et ne le peuvent pas et qu'on leur réponde "t'inquiète, on va faire en sorte que tu cotises! "
Quand on voit qui constitue la majorité des prostituées en France, on cherche la logique d'une telle proposition.

C'est une honte qu'elles soient imposées, c'est une honte qu'elles soient mises en danger. La chute du capitalisme et du patriarcat n'est pas pour demain mais en quoi les renforcer va aider ces femmes?
Luttons plutôt pour toutes ces choses évoquées sur ce topic (aide, formation, droit à un logement...) afin qu'elles puissent quitter cette activité qui les blesse à vie.

Peu importe que tu ne sois pas abolitionniste, si tu as des pistes sur le type d'aide à apporter à ces 89% de femmes pour sortir de là, on peut avoir des discussions intéressantes.
 

Aesma

Poutou Partout, Le Pen Nulle Part
23 Janvier 2014
7 297
32 315
4 104
Peu importe que tu ne sois pas abolitionniste, si tu as des pistes sur le type d'aide à apporter à ces 89% de femmes pour sortir de là, on peut avoir des discussions intéressantes.
• Régularisation de toutes les personnes migrantes
• Modification en profondeur des politiques de migrations
• Déconjugalisation de l'AAH, augmentation de son montant et assouplissement de son obtention
• Suppression du récent changement des frais universitaires pour les personnes étrangères
• Augmentation du montant des bourses étudiantes et assouplissement de leurs obtention
• Augmentation du montant des allocations familiales et assouplissement de leurs obtention
• Augmentation du montant du RSA et assouplissement de son obtention (et l'arrêt des contrôles)
• Coordonner les différentes caisses d'aides sociales pour ne pas refaire 15 fois des demandes et surtout se voir débloquer automatiquement les aides lorsque nos ressources sont insuffisantes (pas cimer la CAF à qui il faut refaire une demande d'APL dés qu'on change de logement alors qu'on continue à déclarer ses revenus.... et puis le montant mirobolant du non recours aux aides sociales comparé aux sommes investies contre la fraude à ces même aides :mur:)
• Plafonnement des loyers et réquisition des logements vides
• Meilleure prise en charge des coûts relatifs aux transitions de genre (suivi psy, traitement hormonal, chirurgie etc)
• Rendre illégal les arrestations et les amendes envers les prostitué·es, qui sont bien + souvent pénalisé·es que leurs client·es et donc décriminaliser le travail du sexe
• Suppression de la pénalisation des client·es qui précarise et augmente les risques encourus par les prostitué·es (agressions, IST, meurtres...)
• Redéfinition de la notion de proxénétisme dans la loi française (actuellement y a des TDS qui sont derrière les barreaux pour "proxénétisme de soutien" pour avoir voulu aider un·e collègue)
• Création d'outils juridiques adéquats pour dénoncer la vraie exploitation → la traite d'humain·es est qualifiée de "proxénétisme" car c'est + simple sauf que cela n'entraine pas les même condamnations pour les coupables il n'y a pas forcément d'indemnités pour les victimes
• Formation de la police et du personnel médical pour accueillir les personnes qui se prostituent
• L'arrêt des discriminations à la reconversion professionnelle
• L'inscription de la putophobie dans le code pénal (au même titre que les insultes ou agressions à caractères homophobes ou racistes sont des circonstances aggravantes)
 
Dernière édition :

Tu as raison.

emmerde celles qui excusent les fachos
16 Septembre 2021
868
5 420
404
@Aesma
Je ne vais pas être très prolixe, j'allais me coucher. A priori, globalement, tes propositions sont supers seulement, si certaines sont nécessaires, je ne vois pas le rapport direct avec la prostitution. Je pense notamment à l'augmentation des bourses étudiantes ou la réforme des démarches administratives.
C'est nécessaire mais le lien me paraît lointain.
Quand tu parles de putophobie, tu penses à quoi? Les qualifications de viol et d'agression sexuelle, au pénal bien sûr, me paraitraient bien. Je ne vois pas pourquoi faire une catégorie à part. Un viol n'est pas plus ou moins grave selon qu'il touche une non prostituée et une prostituée.

Pareil, je n'ai pas compris la prise en charge des transitions de genre. C'est quelque chose à faire, ça me paraît évident, mais même si des prostitué.es sont sur le trottoir pour payer leur transition ou parce que trans, ce n'est pas directement lié à la question de la prostitution. Pour moi, ça entre dans le cadre de la réforme de santé sauf que comme être trans n'est pas une maladie, ça ne risque pas d'arriver (ou alors les concerne.es doivent en parler pour savoir si il vaut mieux dire que c'est une maladie). Le point que je soulève est HS, je voulais surtout dire que je ne vois pas le lien.
Pareil pour le plafonnement des loyers, les frais d'université et caetera. J'ai plus l'impression de lire un programme général de mis à bas du capitalisme sur certaines idées (auxquelles j'adhère pour beaucoup, c'est pas la question).
 

Aesma

Poutou Partout, Le Pen Nulle Part
23 Janvier 2014
7 297
32 315
4 104
@Tu as raison. Ah ouais, donc en fait tu as créé un topic où les questionnements ne sont pas les bienvenus sur une position pourtant discutable et quand on vient te donner des solutions tu vois pas le rapport ? :oo:

Mais dis donc Jamy comment on pourrait limiter le trafic d'êtres humains et que les personnes les + précarisées et marginalisées se tournent vers la prostitution pour subvenir à leurs besoins ? Ah bah je sais pas on pourrait modifier la politique migratoires et augmenter les aides sociales, t'en penses quoi ?

Je vis en région parisienne où le loyer d'un placard insalubre avec toilettes sur le palier c'est 500€ par mois (je te parle même pas d'un logement décent pour une famille monoparentale) mais tu vois pas le rapport avec le plafonnement des loyers ? Les frais d'universités pour les étudiant·es hors UE qui sont passés de quelques centaines d'euros à plusieurs milliers tu vois pas le rapport ? Mon frère m'a avoué qu'il avait envisagé la prostitution quand il a retapé sa L3 d'Histoire et que sa bourse a sauté suite à son redoublement. Encore une belle connerie qu'il faudrait abolir.

Pour la putophobie je ne parlais pas uniquement des viols et agressions sexuelles (même si c'est un vaste sujet) mais bien des insultes et agressions auxquelles sont exposées les prostitué·es et notamment les + précaires qui par exemple travaillent dans la rue et sont + exposé·es aux violences.

Ah et tiens :
La chute du capitalisme et du patriarcat n'est pas pour demain
J'ai plus l'impression de lire un programme général de mis à bas du capitalisme sur certaines idées
Bah c'est précisément l'idée en fait. :dunno: Je l'ai dit dés mon premier message, avant d'abolir la prostitution il faudra abolir le capitalisme et le patriarcat, ça sert à rien de sortir les personnes de la prostitution aujourd'hui si tu fais rien pour que demain y en ai pas de nouvelles qui tombent dedans parce qu'elles n'arrivent pas à joindre les deux bouts.
 
M

Membre supprimé 360594

Guest
Entièrement d'accord avec @Aesma!
Pour envisager l'abolition des métiers liés au sexe, il faut nécessairement passer par un important travail de fond à la fois sur le système capitaliste et sur l'éducation sexuelle et amoureuse.
Si on ne passe pas par un réel changement dans le fonctionnement de la société (transformation d'ailleurs nécessaire pour d'autres raisons), je pense que toutes les mesures ne feront que réduire l'importance de ces métiers au risque d'un retour en force par la suite...
 

Tu as raison.

emmerde celles qui excusent les fachos
16 Septembre 2021
868
5 420
404
@Aesma
Je ne comprends même pas pourquoi tu m'agresses.

Pour la millième fois, c'est un topic abolitionniste. Donc non, pas de débat sur la pertinence de l'abolitionnisme. Si tu fais un topic sur le féminisme communiste, c'est pas le lieu de débattre de sa pertinence.
N'importe qui peut intervenir ici pour parler des méfaits du sexe tarifé, donner des idées, poser des questions mais pas pour dire que l'abolitionnisme, c'est le mal absolu.
Tant pis si ce point te pose problème, il est validé par la moderation.

Ceci posé, beaucoup des solutions que tu évoques ont été dites dans le fil de discussion dédié, je le rappelle, à l'abolition de la prostitution et du porno. Je suis d'accord pour le logement, pour les bourses, pour les politiques migratoires mais si on veut proposer des solutions, il faut que ce soit des solutions ciblées. Sinon, on n'obtiendra rien.



Revoir les bourses c'est nécessaire, une des porte d'entrée dans la prostitution est de vouloir payer ses études MAIS ce n'est pas lié causalement à la prostitution.

Le logement, l'allocation de sortie de sortie longue durée (donc pas l'aide minable actuelle), une vraie aide à la re-insertion, accueil /rapatriement/papiers pour la famille qui le souhaite dans le cas d'une proposition venue du Niger ou de Roumanie, à la fois pour l'aider à témoigner et pour protéger sa famille, ça me semble directement lié. Ça aide les personnes qui le veulent à sortir de la prostitution, ça permet d'avoir des témoignages pour faire tomber les salopards (dont des femmes, ne nous leurrons pas) et ça aide à l'abolition.

Revoir le plafonnement des loyers en France, non (et pourtant il y a à faire à ce niveau). Là, ça s'inscrit dans un schéma de changement général.
Quand tu luttes contre les feminicides en asso, tu te concentres sur ce sujet. Si ta porte-parole va au gouvernement pour parler des moyens de diminuer les feminicides et qu'elle parle du plafonnement des loyers, elle n'obtiendra rien . Ça, même si nous sommes en désaccord sur la finalité, ni toi ni moi ne le voulons.

J'ai l'impression que tu as du mal avec la confrontation d'idées opposées mais en ce cas, ne viens pas sur ce sujet. J'en ai assez d'être traitée comme une merde parce qu'on est en désaccord sur ce point (peut-être d'autres, je ne sais pas et je m'en fous). J'ai quand même précisé dans mon message précédent que j'étais d'accord avec quasiment tout ce que tu disais et tu me traites comme si j'avais sorti les pires arguments néo liberaux.

@Nanouchette
Comme dit à Aesma, le sujet a déjà été évoqué. Tu peux remonter le fil, tu trouveras les messages entre les masses d'autres messages nous pourrissant.
 
Dernière édition :
  • Big up !
Réactions : Sloppy et gingerfish

Tu as raison.

emmerde celles qui excusent les fachos
16 Septembre 2021
868
5 420
404
Double post de rappel
N'hésitez pas à lire le sujet. Ça évitera d'accuser les intervenantes de positions qui ne sont pas les leurs.
Expliquer une fois qu'il faut penser la sortie de la prostitution pour que ce soit humain et effectif est une chose. Devoir le rappeler à chaque fois qu'une féministe libérale veut participer au sujet, c'est redondant et ça participe à pourrir le fil. De plus, ça empêche d'approfondir la discussion car on reste toujours sur le même point.
 
  • Big up !
Réactions : Apollinaïs
M

Membre supprimé 360594

Guest
@Aesma
Je ne comprends même pas pourquoi tu m'agresses.

Pour la millième fois, c'est un topic abolitionniste. Donc non, pas de débat sur la pertinence de l'abolitionnisme. Si tu fais un topic sur le féminisme communiste, c'est pas le lieu de débattre de sa pertinence.
N'importe qui peut intervenir ici pour parler des méfaits du sexe tarifé, donner des idées, poser des questions mais pas pour dire que l'abolitionnisme, c'est le mal absolu.
Tant pis si ce point te pose problème, il est validé par la moderation.

Ceci posé, beaucoup des solutions que tu évoques ont été dites dans le fil de discussion dédié, je le rappelle, à l'abolition de la prostitution et du porno. Je suis d'accord pour le logement, pour les bourses, pour les politiques migratoires mais si on veut proposer des solutions, il faut que ce soit des solutions ciblées. Sinon, on n'obtiendra rien.



Revoir les bourses c'est nécessaire, une des porte d'entrée dans la prostitution est de vouloir payer ses études MAIS ce n'est pas lié causalement à la prostitution.

Le logement, l'allocation de sortie de sortie longue durée (donc pas l'aide minable actuelle), une vraie aide à la re-insertion, accueil /rapatriement/papiers pour la famille qui le souhaite dans le cas d'une proposition venue du Niger ou de Roumanie, à la fois pour l'aider à témoigner et pour protéger sa famille, ça me semble directement lié. Ça aide les personnes qui le veulent à sortir de la prostitution, ça permet d'avoir des témoignages pour faire tomber les salopards (dont des femmes, ne nous leurrons pas) et ça aide à l'abolition.

Revoir le plafonnement des loyers en France, non (et pourtant il y a à faire à ce niveau). Là, ça s'inscrit dans un schéma de changement général.
Quand tu luttes contre les feminicides en asso, tu te concentres sur ce sujet. Si ta porte-parole va au gouvernement pour parler des moyens de diminuer les feminicides et qu'elle parle du plafonnement des loyers, elle n'obtiendra rien . Ça, même si nous sommes en désaccord sur la finalité, ni toi ni moi ne le voulons.

J'ai l'impression que tu as du mal avec la confrontation d'idées opposées mais en ce cas, ne viens pas sur ce sujet. J'en ai assez d'être traitée comme une merde parce qu'on est en désaccord sur ce point (peut-être d'autres, je ne sais pas et je m'en fous). J'ai quand même précisé dans mon message précédent que j'étais d'accord avec quasiment tout ce que tu disais et tu me traites comme si j'avais sorti les pires arguments néo liberaux.

@Nanouchette
Comme dit à Aesma, le sujet a déjà été évoqué. Tu peux remonter le fil, tu trouveras les messages entre les masses d'autres messages nous pourrissant.
Mea culpa: je n'avais, en effet, pas lu l'intégralité du fil. J'ai commencé à zapper des interventions en constatant que beaucoup digressaient...
En revanche, je ne suis pas entièrement d'accord avec ton affirmation. Il est important, quand on a des objectifs, de toujours les garder dans un coin de sa tête, mais il est parfois nécessaire de passer par d'autres biais pour les réaliser.
Si je reprends ton exemple de la lutte contre les féminicides, ce n'est peut-être pas en hurlant contre ce phénomène que l'on obtiendra sa diminution, mais en réclamant des changements dans l'éducation, dans le système judiciaire, etc.
Je pense que des mesures contre l'abolition, si elles se font dans notre société actuelle, ne seront pas pleinement efficaces. Nous vivons dans un système capitaliste qui se porte mal et ne semble pas parti pour reprendre du poil de la bête et je crains donc qu'en dépit des solutions proposées, il y ait toujours des TDS.
 

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes